Pour regarder l’intervention de Chantal Berthelot : Intervention C.Berthelot – PLF 2015 – Mission Outre-Mer

Intervention-C.Berthelot-PLF-2015-Mission-Outre-Mer photo

 

Projet de loi de finances pour 2015

Mission « Outre-mer »

 

Intervention de Chantal Berthelot

04.11.14

 

 

 

Monsieur le Président, Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les Rapporteurs, Mes Chers Collègues,

 

Bien consciente du contexte budgétaire dans lequel s’inscrivent nos discussions, je me dois de saluer, et de vous remercier Madame la Minsitre, pour la stabilité de ce budget pour 2015, qui témoigne du maintien de l’engagement du Gouvernement dans nos territoires d’Outre-Mer.

 

Mais bien consciente également de la situation de mon territoire, il y a un an, quasiment jour pour jour, je demandais à Victorin Lurel, alors Ministre des Outre-Mer, la mise en place d’un Pacte d’Avenir pour la Guyane.

 

J’ai été entendue.

 

En décembre dernier, lors de sa visite en Guyane, le Président de la République, confirmait l’élaboration d’un « Pacte pour l’Avenir de la Guyane, qui guidera l’action publique de l’État, de la future collectivité de Guyane, et de tous les acteurs publics, pour les 10 ans qui viennent »

 

Ce Pacte d’Avenir doit répondre à un défi majeur, celui de la croissance démographique de la Guyane, qui passera de 250 000 habitants à 400 000 en 2030.

 

Ce sont les projections de l’INSEE mes chers collègues, et non les miennes.

 

Cette croissance démographique est, ou plus exactement sera, une chance pour la République et notre territoire si nous nous donnons, collectivement, les moyens de l’accompagner et de la sublimer.

 

Pour cela, le Pacte d’Avenir doit marquer un engagement accru de l’Etat dans ses compétences régaliennes : sécurité et justice…

 

… et dans ses services publics : éducation et santé.

 

Il doit reposer sur des fondations solides et donc des investissements structurels conséquents, pour nos logements et nos infrastructures routières.

 

Ce Pacte d’Avenir doit également permettre de mobiliser les ressources endogènes de la Guyane, et les mettre au service de son développement :

Par le renforcement de notre autonomie énergétique,

Par l’acquisition de notre souveraineté alimentaire,

Par le soutien à une recherche ambitieuse. Car c’est par la connaissance que nous faciliterons la valorisation notre biodiversité.

 

Mais ce Pacte d’Avenir n’aura de sens que si nous le mettons au service de notre avenir et de son meilleur ambassadeur, notre jeunesse.

 

Enfin, ce Pacte d’Avenir ne sera pertinent que s’il s’inscrit dans une volonté de renforcer l’intégration de la Guyane dans son environnement régional.

 

Aussi, Madame la Ministre, pour donner à notre territoire les moyens de son développement, je souhaiterais savoir quand ce Pacte d’Avenir que la Guyane attend, deviendra réalité ?

 

Je vous remercie.

 

 

Chantal  BERTHELOT