Assemblée nationale – Hémicycle – 6 novembre 2013

Chantal Berthelot :

« Monsieur le Ministre, lors de nos échanges en Commission élargie la semaine dernière, je vous ai fait part du défi majeur que la Guyane doit relever, celui de sa croissance démographique.

Cette croissance sera une force si l’on veut bien se donner ensemble les moyens de relever les défis suivants.

Il s’agit tout d’abord du défi du logement. Vous m’avez répondu que la LBU pour la Guyane était passée de 16 millions à 32 millions entre 2012 et 2014. Je salue bien sûr cet effort mais il faudra l’intensifier pour répondre aux besoins de la population. C’est le delta que vous venez d’évoquer.

Il s’agit ensuite du défi de la santé. Attendu depuis de nombreuses années, le nouvel hôpital de Saint-Laurent du Maroni va enfin voir son plan de financement validé grâce à votre Gouvernement

Il s’agit encore du défi de la justice. La création d’une chambre détachée du Tribunal de Grande Instance de Cayenne à Saint-Laurent du Maroni, qui permet l’accès à la justice du plus grand nombre, est aussi à mettre au crédit de votre Gouvernement.

Pour ce qui est du défi de l’éducation et de l’enseignement supérieur, un engagement fort a été pris par votre Gouvernement : mettre en place une Université de plein exercice au service de la jeunesse guyanaise. Et je tiens à le saluer.

Je vous ai aussi fait part, monsieur le ministre, de mon souhait de définir un Pacte pour la Guyane et vous y avez souscrit, ce dont je vous remercie.

Dans la liste, non-exhaustive,  des défis à relever, on compte encore le défi des infrastructures et des transports. J’évoquerai entre autres la création d’un deuxième pont sur le Larivot et le doublement de la route nationale menant à Macouria.

Évoquons aussi le défi de l’économie et de l’emploi. Je suis persuadée que l’agriculture est un secteur à développer grâce à un plan ambitieux.

Nous disposons aussi d’une ressource plus qu’intéressante : la ressource aurifère, richesse nationale, faut-il le rappeler, qui pourrait apporter une contribution déterminante à la résolution des immenses défis auxquels les collectivités locales de Guyane sont confrontées dans un contexte démographique très dynamique

Alors, Monsieur le Ministre, face à cette urgence sociale et territoriale, comment le Gouvernement entend-il œuvrer pour réaliser le Pacte pour la Guyane ?

Je vous remercie »

Victorin Lurel, Ministre des Outre-mer :

« Madame la députée, sachez que le Gouvernement partage votre constat.

Le dynamisme démographique de la Guyane va vous donner une population de 450 000 habitants d’ici à 2030 : vous serez alors le deuxième département en termes de population, après l’île de La Réunion. Il faut donc anticiper les conséquences de cette croissance et engager des actions appropriées. C’est particulièrement vrai pour l’Ouest guyanais.

Vous avez évoqué la création de la chambre détachée de Cayenne à Saint-Laurent, en matière de justice. Citons encore les actions en matière carcérale ou de lutte contre l’orpaillage clandestin, à travers les amendements que vous avez déposés, et la lutte contre la pêche illégale.

Je souscris également à votre idée de Pacte pour la Guyane et tiens à vous féliciter pour le rapport rédigé avec Hervé Gaymard que vous avez remis hier. Nous avons déjà connaissance de ses grandes lignes : 95 % du territoire guyanais appartient à l’État, lequel ne perçoit aucun impôt dessus. Or un pays ne peut se développer en l’absence de mobilisation de son foncier. Or c’est hélas le cas en Guyane.

Nous avons un projet de loi en préparation, pour l’instant intitulé « Compétitivité et emploi », et le Premier Ministre m’a mandaté pour voir avec vous, élus, comment mobiliser le foncier guyanais en faveur de la jeunesse, de l’installation d’entreprises et d’une classe professionnelle et jeune bien formée d’agriculteurs, pour le grand bénéficie de la Guyane. »