20140513_174133

L’enlèvement au Nigéria par le groupe terroriste islamiste « Boko Haram » (littéralement « livre interdit ») de 223 lycéennes a choqué l’opinion publique internationale. Le seul tort de ses adolescentes: avoir voulu aller à l’école. Or, le savoir fait peur aux extrémistes car c’est la meilleure arme pour combattre l’obscurantisme.

Partout à travers le monde, personnalités et anonymes  se dressent pour dénoncer cet acte d’une cruauté sans nom .

En Guyane aussi, on se mobilise.  Chantal Berthelot salue cette initiative du Kotidien et  affiche sa solidarité avec les parents.   « #Bring back our girls! ». Rendez-nous nos filles!